Gordian Troeller (1917-2003), de nationalité luxembourgeoise, et Française Marie-Claude Deffarge (1924-1984) ont commencé à travailler ensemble dans les années 1950. A travers des reportages de presse, en textes et en photos, ils ont décrit la fin de la domination coloniale européenne et analysé les mécanismes qui ont conduit au supposé « sous-développement » du Tiers-Monde. Dans un premier temps, ils ont enquêté en Iran et au Proche-Orient et par la suite en Afrique et en Amérique latine.

A partir de 1959, leurs articles et reportages photos sur la géopolitique, parus dans le magazine « Stern », ils ont véritablement innové, en Allemagne, en matière de journalisme. La série des 25 reportages qu’ils ont publiés , dans cette même revue, sur le rôle des femmes dans les différentes cultures du monde a également retenu l’attention.

A partir des années 70 en étroite collaboration avec l'économiste français François Partant et l’enseignante allemande Ingrid Becker-Ross.

L’équipe Troeller/Deffarge, au travers de plus de 80 films destinés à la télévision, a approfondi la question de la critique du développement. Ils montrent comment l’idée dominante de progrès et l’ethnocentrisme occidental ont conduit à la désorganisation des structures sociales et économiques des pays du Tiers-Monde.

De 1974 à 1999, ils ont travaillé en exclusivité pour la première chaîne de la télévision allemande – l’ARD. Les 70 films diffusés sont regroupés en trois séries: « Au nom du progrès », « Planète des femmes », « Enfants du monde »

Les reportages et films documentaires de Troeller/Deffarge sont plus que jamais d’actualité. Le modèle capitaliste y est dénoncé qui – imbriquant étroitement le monde occidental et les pays du Tiers-Monde – a amené à des catastrophes incontrôlables. On ne peut plus fermer les yeux sur les conséquences globales de la destruction de l’environnement. Les effondrements des Etats à la suite de « nouvelles guerres », les révoltes populaires, les crises financières, le flot de réfugiés et finalement l’arrivée du terrorisme sur le sol européen, sont des signaux d’alerte. Ce n’est qu’au XXIème siècle qu’une grande partie des Européens commence à prendre conscience des dangers de la voie choisie.

Leur œuvre cinématographique a été récompensée à plusieurs reprises. Tous ces films sont numérisés et téléchargeables sur ce site. La version française n’existe que pour 12 d’entre eux. L’ensemble des archives photo va être cédé au musée Folkwang de Essen.