skip to Main Content

Le Pillage

Gabon, 1975

En dépit de leur indépendance politique, la plupart des pays du Tiers-Monde ne renoncent pas au rôle qui leur a été assigné par les puissances coloniales : celui du fournisseur de matières premières. Le Gabon, par exemple, n’est toujours pas en mesure d’exploiter lui-même ses ressources naturelles (gaz, pétrole, minéraux, bois) et doit les exporter pour transformation. Comme presque toutes les anciennes colonies, le Gabon fournit tout ce qu’il possède et ce qu’il produit à la puissance qui a colonisé le pays et qui, du fait de son avance technique, continue de le dominer. Dans ce type de transaction, le pays producteur qui exporte ses ressources se trouve immanquablement le grand perdant. Même l’argent investi par le Français filmé ici dans l’exploitation du bois au Gabon ne profite pas au pays.
L’analyse proposée explique le développement du sous-développement et montre que la croissance des nations industrielles repose sur l’exploitation du Tiers-Monde dont elle précipite l’appauvrissement.
Du fait de la thèse qu’il illustre, ce film a été l’objet d’une attaque soutenue de la part du lobby allemand du bois. «Le lobby du bois ne nous a pas fait de cadeau. Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (Fernsehrat) a été convoqué. Le ministre du Développement de l’époque, le social-démocrate Egon Bahr, a bien critiqué le film mais a œuvré pour sa propagation en passant commande de 300 copies.» (Fernsehdienst 25.11.1977)
Epilogue : Dès l’arrivée du chancelier chrétien-démocrate Helmut Kohl au pouvoir toutes ces copies ont été passées au pilon.

Titre original : Verarmungshilfe
Réalisation : Gordian Troeller, Marie-Claude Deffarge
Collaboration : François Partant
Caméra : Gordian Troeller
Son : Carlos de los Llanos
Montage : Ingeburg Forth
43 minutes
Couleur

Ce film n’existe que dans sa version allemande.

Télécharger le film
Télécharger le script

Back To Top