skip to Main Content

Pour le meilleur et pour le pire

France, 1976

Marseille était une importante tête de pont dans l’expansion coloniale française. L’époque coloniale est passée mais la répartition internationale du travail qui avait été imposée est restée ce qu’elle était. Cette répartition produit et continue d’entretenir les liens qui maintiennent les nations pauvres et les nations riches dans une dépendance pour le meilleur et pour le pire.
A l’exemple du complexe industriel de Fos-sur-Mer, dans la région de Marseille, ce film montre les effets de cette dépendance grandissante. De plus en plus, il faut importer des minerais et du charbon des pays du Tiers-Monde pour ensuite, là-bas, ouvrir de nouveaux marchés pour les produits transformés. L’économie européenne dépend de plus en plus de cette attribution de rôle par le fait que, dans les pays industrialisés, les coûts d’exploitation sont devenus trop élevés. Une relance de la croissance ne peut être obtenue que si le volume et le rapport du commerce avec le Tiers-Monde augmentent, c’est-à-dire si l’exploitation du Tiers-Monde est intensifiée.
On a demandé à des travailleurs de Fos-sur-Mer ce qui se passerait si les pays du Tiers-Monde n’acceptaient plus de livrer leurs matières premières aux pays industrialisés. « Dans ce cas, a répondu l’un d’eux, il nous faudrait bien aller les chercher,d’une manière ou d’une autre… »

Titre original : Auf Gedeih und Verderb
Réalisation : Gordian Troeller, Marie-Claude Deffarge
Collaboration : François Partant
Caméra : Gordian Troeller
Son : Jean-Noël Pruvost
Montage : Ingeburg Forth
43 minutes
Couleur

Ce film n’existe que dans sa version allemande.

Télécharger le film
Télécharger le script

Back To Top