skip to Main Content

La semence du progrès ou La fin du développement

Les deux films derniers films – « Le sucre amer » et « La semence du progrès » – ont été produits en complément de la série « Au nom du progrès ». Ils ont pour thème central les structures et les conditions de
production dans l’agriculture, lesquelles ne peuvent qu’engendrer la pauvreté, non seulement dans les pays du Tiers-Monde mais aussi dans les nations industrialisées.
A l’exemple du Brésil, le premier film montre dans toute sa dimension la Faim engendrée par la répartition du pouvoir et des biens prédominant dans ce pays.
A l’exemple des États-Unis le second film traite des effets désastreux d’une agriculture exclusivement axée sur le profit.
« Dans le contexte économique mondial, le nombre des pauvres ne cesse d’augmenter et l’on parle de « crise ». Il s’agirait en quelque sorte d’un problème passager? Peut s’en faut ! Ce à quoi il faut plutôt nous attendre, c’est à la fin d’un développement. »

La semence du progrès ou la fin du développement

USA, 1984

Aux États-Unis, chaque semaine, 2000 paysans surendettés sont obligés de quitter leurs fermes et, chaque année, 100 000 familles perdent ainsi leurs moyens d’existence. Pour survivre à la concurrence chaque agriculteur, en s’endettant souvent jusqu’à la ruine complète, est en effet obligé, d’accroître la productivité.
Certes, l’agriculture nord-américaine produit depuis longtemps plus que la population ne consomme ; néanmoins, on investit des milliards de dollars dans la recherche pour améliorer les méthodes de production et augmenter les rendements.
C’est un cercle vicieux : La surproduction continue d’augmenter, les prix chutent et ainsi les paysans sont contraints de produire toujours plus pour assurer leur existence.

Extrait du discours tenu à l’occasion de l’attribution du Prix Adolf Grimme :
«Dans le film ‘La semence du progrès ou la fin du développement’ Troeller
applique ses expériences acquises dans les pays les plus pauvres du monde, en ce qui concerne leur dépendance croissante, au Premier-Monde, patrie du progrès. Son apport enrichit notre façon d’aborder la question du développement d’une perspective nouvelle et essentielle. »

Titre original : Die Saat des Fortschritts oder Das Ende der Entwicklung
Réalisation : Gordian Troeller, Marie-Claude Deffarge
Collaboration : Silvia Perez Vitoria
Caméra : Gordian Troeller
Son : Silvia Perz Vitoria
Montage : Annerose Koop
43 minutes
Couleur

Ce film n’existe que dans sa version allemande.

Télécharger le film
Télécharger le script

Back To Top