skip to Main Content

Le droit au travail

Portugal, 1995

Dans presque tous les états, le travail des enfants est interdit – officiellement. Il n’y a cependant presqu’aucun pays où les enfants ne soient pas obligés de travailler dès le plus jeune âge. L’UNICEF estime leur nombre à 250 millions. Sans leur contribution, beaucoup de familles seraient condamnées à mourir de faim. Et pourtant, le travail des enfants est considéré dans les divers secteurs, formels aussi bien qu’ informels, comme contrevenant aux Droits de l’Homme et par conséquent comme quelque chose de honteux qu’il faut cacher ou qui est aveuglement sanctionné au lieu d’être reconnu en tant que stratégie de survie.
Mais également dans les nations industrialisées, le processus d’appauvrissement, tout feutré qu’il soit, entraîne de plus en plus des conditions de vie dignes du Tiers Monde.
Au Portugal, par exemple, les syndicats estiment le nombre des enfants qui travaillent dans le seul secteur formel à 200 000 et essaient de résoudre le problème. Les mouvements d’enfants d’Amérique Latine constituent un modèle possible. Ils exigent la reconnaissance de l’enfant-travailleur en tant qu’acteur social. Au Pérou, ils y sont déjà arrivés à leurs fins. Au Portugal, des intiatives du même ordre sont en cours. Il s’agit de reconnaître aux enfants le droit de principe au travail et d’obliger la société à créer des conditions telles qu’il leur soit possible d’exercer ce droit dans des conditions acceptables.

Titre original: Recht auf Arbeit
Réalisation: Gordian Troeller
Collaboration: Ingrid Becker-Ross
Caméra: Gordian Troeller
Son: Ingrid Becker-Ross, Manfred Wenck
Montage: Ingeburg Forth, Kersten Jakobeit
42 minutes
Couleur

Ce film n’est disponible que dans sa version allemande.

Télécharger le film
Télécharger le script

Back To Top